Notre histoire

Créé en 1994, le Collectif ALERTE est l’aboutissement d’une mobilisation continue des associations de lutte contre l’exclusion regroupées autour de l’Uniopss depuis 1985, pour réfléchir et débattre ensemble, construire un plaidoyer et agir pour une cause commune.

Le terme d’« ALERTE » vient d’une volonté des associations d’interpeller l’ensemble des citoyens et des forces vives de la société à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.  

Depuis sa création, le Collectif ALERTE joue un rôle majeur dans l'avancée des politiques sociales de solidarité.

 

DATES-CLES

  • 1984 – 1985 :

Face à l’augmentation inquiétante de la pauvreté dans notre pays, le gouvernement de Laurent Fabius décide, le 17 octobre 1984, de prendre des mesures d’urgence. Des fonds importants sont attribués aux associations et fédérations nationales et aux préfectures pour être en partie redistribués à des associations locales. C'est le développement intensif de la distribution alimentaire, la création de multiples lieux d’hébergement dans des locaux souvent aléatoires et provisoires… Devant cette émergence foisonnante de dispositifs d’assistanat ou précaires, des associations et fédérations se regroupent au sein de l’Uniopss, pour réinterroger leurs pratiques. Il s’agit moins de gérer la pauvreté que de la combattre.

 

  • Janvier 1985 :

Naissance de la commission de lutte contre la pauvreté et l’exclusion animée par l’Uniopss.

 

  • Février 1985 :

Le Conseil Economique et Social confie au Père Joseph Wresinski la préparation d’un rapport et d’un avis sur « La grande pauvreté et la précarité économique et sociale ». 

 

  • Décembre 1993 :

Le Premier Ministre, Edouard Balladur, décide l’attribution du label « Grande Cause Nationale 1994 » aux associations suivantes : Secours Catholique, Secours Populaire, Emmaüs France, ATD Quart Monde, Armée du Salut, SETTON. Les associations sollicitées faisant toutes partie de la même commission d’échange, de réflexion et d’action (la commission de lutte contre la pauvreté et l’exclusion animée par l’Uniopss), elles proposent que l’ensemble de la commission soit en charge de l’animation de cette campagne.

 

  • 1994 - Création du Collectif ALERTE :

30 associations, regroupées et mobilisées au sein de l’Uniopss depuis 1985, ayant obtenu par le gouvernement le label « grande cause nationale », décident de communiquer ensemble sous le nom d’ALERTE.

 

  • Novembre 1994 à janvier 1995 :

 Lancement d’une campagne par TV, affiches et radio - 5 000 panneaux d’affichage, 675 messages radios, 100 spots télévisés et une annonce dans 25 journaux et périodiques. 

 

  • 30 septembre 1996 :

Contribution des associations d’ALERTE au « projet de loi d’orientation relatif au renforcement de la cohésion sociale ».

 

  • 2 octobre 1996 :

Durant l’automne, une série d’avis argumentés provenant notamment d’ALERTE et du Conseil Economique et Social convergent. Il est demandé que les dispositions de la loi soient renforcées et élargies pour traduire cette orientation en actes. 

 

  • 29 juillet 1998 :

Adoption de la loi d’orientation de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, loi pour laquelle le Collectif ALERTE a sollicité de nombreuses fois le gouvernement.

 

  • 2005 - Refondation d’ALERTE :

Le collectif national, composé des 41 associations et fédérations, décide de s’ouvrir à des partenaires au-delà du cercle de l’action sociale pour peser en amont de l’action sociale réparatrice. Ouverture d’un dialogue avec les partenaires sociaux et développement de la participation des personnes en situation de pauvreté.

 

  • 12 mars 2007 :

ALERTE interpelle les candidats à l’élection présidentielle et commente leurs réponses. Publication d’un dossier spécial Présidentielle dans le quotidien La Croix.

 

  • 5 avril 2012 :

ALERTE rend publique sa plateforme d’analyse et de propositions pour une politique globale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Elle est adressée à tous les candidats à l’élection présidentielle. Grâce à cela, François Hollande, alors candidat, s’engage, s’il est élu, à faire adopter dès le début de son mandat, un plan quinquennal de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

  • 13 juillet 2012 :

Le président de la République, François Hollande, annonce officiellement que le gouvernement va organiser une Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion afin d’élaborer un plan quinquennal interministériel pour l’inclusion.

 

  • 3 juillet 2013 :

Le plan pluriannuel interministériel de lutte contre la pauvreté, dont le collectif ALERTE est à l’origine, prévoit une réforme des deux dispositifs de soutien financier aux revenus d’activité des travailleurs modestes, en vue d’une éventuelle fusion : le RSA activité et la prime pour l’emploi.

 

  • 14 mars 2016 :  

Trois des demandes d’ALERTE sont prises en compte dans les annonces faites autour de la loi El Khomri par le Premier ministre. La garantie Jeunes va devenir un droit universel, le besoin d’un abondement de 400 heures pour le CPF des travailleurs les plus éloignés de l’emploi est enfin reconnu et une nouvelle possibilité de dotation du CPA sera liée à l’engagement citoyen.

 

  • 7 février 2017 :

A l’approche de l’élection présidentielle, le Collectif ALERTE demande dans sa plateforme rendue publique, un plan interministériel de lutte contre la pauvreté, traduit dans une loi de programmation financière sur 5 ans.

 

  • 13 septembre 2018 :

La Stratégie de lutte contre la pauvreté, tant attendue par les associations du Collectif ALERTE et les personnes en situation de précarité, est enfin dévoilée par le chef de l’État.  Même si certains publics ne sont pas concernés, ALERTE salue la fusion de la CMU-C et de l’ACS pour créer une complémentaire élargie, mesure qu’il demandait depuis de nombreuses années.

 

LES PRESIDENT.E.S D’ALERTE DEPUIS 2003

  • Mai 2003-Janvier 2006:
    • Marie-Thérèse JOIN-LAMBERT

 

  • Janvier 2006-Mars 2008:
    • Gilbert LAGOUANELLE

 

  • Juin 2008-Décembre 2010:            
    • Olivier BRES

 

  • Février 2011-Mai 2012:                   
    • André NUTTE

 

  • Mai 2012-Mai 2014:                        
    • Dominique BALMARY (Président par intérim)

 

  • Mai 2014-Décembre 2018:             
    • François SOULAGE

 

  • Depuis Janvier 2019:                        
    • Christophe DEVYS